20160524

tatouages réversibles (soap-opera en 5 épisodes)


A Bruno Sulak - à mi-chemin entre le diable & Ninjiski, danseuse entremêlée dans l’odeur du souffre, cactus-vodka dans le projet démonique de s’emparer de la bouffonnerie, dandy taciturne devant le charme du feu


Épisode 1:

les magasins de sous-vêtements
souterrains
disposent de tant
   de
RAYONS
qu'il faudrait une armée de
Ray ban
pour ne pas y laisser son bronzage
guêpières halogènes
    soutiens-gorges HI-TECH
& strings en culottes courtes
les miroirs vexés d'être
        ca
con         ves
se coiffent d'un bonnet
      phrygien
pour ne pas se soumettre à l'érotisme forcé
des  |||codes-barres|||


Épisode 2:

une foule de
    pages blanches
se rue dans un cabinet d'architecte
      sans
    M U R S
pour (y) réclamer un toit
& obtenir
     .  dossier de presse
     .  quatrième de couverture
& autre carte de séjour
    dans le milieu ULTRABRANCHÉ
        des
L
E
T T R E S
file d’attente & queue de pie
      un homme maquillé
comme une voyelle
les observe d’un œil
      au beurre
        NOIR


previously on “tatouages réversibles": un homme - aux yeux roux comme un sourire de lave - tente progressivement de se substituer aux balles que tirent quotidiennement les portes qui l’entourent.


Épisode 3:

les bureaux de [patchs anti] tabac
sont si
       CONVIVIAUX
qu’on s’y tape sur
l’épaule
     entre deux (astro) cancers
assis à une table
Guillaume Apothicaire
taxe un chewing-gum-sans-gomme
au fantôme mentholé
de L O U
    & lui glisse un
          billet-doux
sous forme d’ordonnance


Épisode 4:

il y a fort à $
      p a r i e r
que les distributeurs d’automatismes
se mettent à
      GA
             YER
d’ici peu
nous en voulons pour preuve
la mise en circulation récente
     de fantasmes
     non-génériques
fabriqués dans des laboratoires
                               clandestins
Au sud de nulle part
nous vous demanderons donc
de signaler tout portefeuille
          s u s p e c t
afin de garantir la sécurité
    des
           PICKPOCKETS


previously on "tatouages réversibles": les salles d'attentes sont devenues si "hype" qu'il faudra bientôt patienter dans des "salles d'attente pour salles d'attente" avant d'espérer y entrer


Épisode 5:

     scènes ouvertes
               &
                              maisons closes
tout est affaire de SERRURES
   les librairies de nuit
ne vendent plus que des
      CARTES P.O.S.T.A.L.E.S
passées 22h &
des videurs sont postés
     aux portes des
            BIBLIOthèques
(littérature correcte oblige)
     dans l’arrière salle d’un bar
un   e    s    i
          s    a    m
     de bouches
                tourne autour d’une lampe en forme de
                microphone
cependant que les
      CLEFS
                   d o r m e n t
          sur leur leurs deux
                   oreilles



cartes postales de deuil


1

bouche-digestion,
dentifrice-à-effacer
les-restes-de-poèmes
qui tartrent tes dents
& dessinent des
casseroles
sur la grande O U R S E .
"ft" "lm"
"hj" "mp"
"pt " :
postillons d'arbres secs,
pouvoir d(u cr)achat
& autres bégaiements d'insectes
en forme
de
cha
peau
me
lon
tiède.
grincements
de lèvres (ou)
lèvres-missionnaires
-
une carte postale de deuil
à punaiser
sur ta langue -


2

bouche-almanach,
attentats-sans-
alcool
& cauchemars-friandises à
loger
sous
tes bras-pierre-d'alun.
sommeil-roue-coupée,
rhume numérique
& des fantômes
au goût de ketch
-up...
machine-à-sous-estimer-la-mort
& sa cousine en marinière
-
une carte postale de deuil
à éternuer
sur ton ventre -


3

bouche-drogue-de-synthèse
à mâcher-en-ligne
entre deux
substituts
de trépas...
caddies syndiqués,
tapis-de-caisses en grève
& le sourire de la crémière
resté coinc
é
dans sa caverne-molaire.
embrasement-sans-contact,
clin d'oeil "avezvouslacarteduuuuuuuuuuu
magasin"...
au risque de s'y perdre:
-
une carte postale de deuil
à scotcher sur ta liste
de course -


4

bouche-poum-poumon,
bouche
ceci-n'est-pas-une-pipe
-mais-une-cigarette
-au-volant.
bouche-artère-bouche-bouchée,
artère-bouchée-fin-de-chapitre
(il faudrait
penser à
changer
la litière
de ta gorge).
bouchapipe-ceci-n'est-plus-une-bouche
mais un mot
qui ne veut
pas
s'éteindre.
hum
hum hum
hum
-
une carte postale de deuil
à appliquer trois-fois-par-jour
sur ton torse -


5

bouche-littérature-pop,
album-sans-bulles ni
sous-titres
ni
langue
des
signes.
roman-matérialiste-de-gare-à-l'eau-de-rose,
vitrines étalées en vitrine
& pull-overs d'adverbes
(il ne manquerait plus
que le fond de la forme prenne froid!).
littérature-bang-bang,
littérature-balle-dans-le-pied:
une bouche
se met à b o i t e r
dans le désordre.
bouche-à-boucher-les-trous,
bouche-à-boucher-les-bouches
-
une carte postale de deuil
à planter
dans tes veines -


6

bouche-terminus,
carte postale-au-sourire-d'échafaud,
enveloppe-dynamite
teignant sa
mèche
en
blond.
revolver PTT
criblé de boites-aux-lettres
& de flammes-isocèles,
revolver PTT
convertible
à l'islam-canapé-convertible
-le cul-entre-deux-chaises-
bouche-terminus,
bouche-tout-le-monde-descend,
bouche-cancer-du-néon.
-
une carte postale de deuil
à tatouer
sur tes dents -


7

bouche-sex-pistol
au pied de la
c
r
o
i
x,
chapelet-de-blackout(s)
& v a l i u m en perfusion
(il faudrait inventer des gorges
en forme d'évier - & remplacer nos ongles
par des pelles).
fourches-néo-codines
sécables &
nettes
comme un souvenir d'éponge.
-
une carte postale de deuil
à greffer
sur ton foie -

20151208

post-it(s)


1

ta clap-clap manie
d'applaudir
            les nuages
qui transpirent de ma bouche,
ton ventre de mosquée
                            sauvage
devant lequel
             j'incline
                  le verbe "décliner"
plus de 5 fois par jour,
tes cheveux-escaliers,
tes ongles de danseuse
& tes paroles
           qui restent
collées
          à mon pied
comme un swiiiiiiiiiiiing-gum
        téléphonique.



2

"je te préviens:
si tu penses pouvoir
         échapper 
à nos amours ferroviaires,
c'est N
            O 
                N     N   O   N
                    N
                    O
                    N
Je ne cesserai de crier gare 
pour que ton train 
reste
à quai"



3

tes mains...
     comment dire....
tes mains sur
                 moi
    Je veux dire, c'est....

WAOUW!!!

"cambre, cambre, soulève, tords, cambre encore, tends, rayons uuuultra-violés, charabia-de-muscles, spasmes agités de spasmes -métaspasmes- peel, peel, peel slooooooowly and see, peel, pile, duracelle & mords, mords avec tes doigts ce que ma mâchoire s'apprête à chuchoter aux draps!"



4

cap sur le Nord,
     cap sur
     ta poitrine,
     sur la chapelle
sixties
que tu n'entrouvres qu'à moi.
cap cap cap
cap
sur ta bouche,
cap sur tes lèvres
"Nord-cap-calais"
(& je cacherai le Sud au fond de mon accent).
cap sur le Nord,
cap sur le
Nord.
là où les frontières
se traversent à la main.



5

je soufflerai
       dans ton ventre
& chanterai
    dans tes artères
d'une voix si
               "veinale"
qu'une simple prise de sang
suffira à l'éteindre.
je soufflerai
         en stéréo 
dans les commissures
      de
           ta bande F.M:
93.chair,
            107.seins,
      France-orgasme...
jusqu'à ce que tu
                     coupes
          le son
& que les voix qui
        grésillent
        dans ma tête
allument l'ombre d'un feu
                 dans tes ovaires.



6

les mots
  qui se dés-
                   arti-
             culent
lorsque l'alcool parle
      en moi
& que ma pensée
      trébuche
sur des obs-
                  tacles 
si fumeux
     que ma cigarette en tousse...
les mots - sont pourtant - envers & contre - tout - la seule - échelle - qui permet - à ma langue - d'atteindre - tes plaies.



7

tes yeux de thermomètres
qui tentent
             de mesurer
le feu
      qui me dévore
lorsque tu te glisses
      en moi
& que ma langue marchande
avec ton sexe.
tes jambes -oh-
& comme elles envahissent
        ma Pologne -ooh-,
annexent mes Sudettes -oooh-.
comme elles -ooooh-
conjuguent ma bouche -oooooh-
à l'impératif
du verbe désirer -ooooooh-.
tes jambes de dictée.
tes jambes de grammaire bestiale
tes jambes en queue de pie
qui sifflent l'air
      que je respire...

tu m'as appris à mordre
quand je me contentais de
mâcher.



8

ton parfum
         qui m'observe
lorsque j'avale
    tes bandes-
    dessinées
& souffle des mots
      indécents
                 dans leurs bulles...
le rougeoiement de l'encre,
lorsque tu emménages
             dans la case
             sur laquelle je m'attarde
& que tes traits
se confondent
au trait
       d'Adrian Tomine
ou d'un autre
...
Tu me gribouilles!
   tu me gribouilles &
m'agaces!
    -soupir-
mon dieu ce que tu peux
  m'agacer!!
    -soupir-
mais je dois admettre...
-tousse tousse-
que je ne saurais me passer...
-tousse tousse-
de ton sourire
   posé
sur les    90 pages
qui composent secrètement
mon épaule.

FIN.



9

TOUM PAPAM PAM
TOUM PAPAM PAM
& voici pour
    mon last
           post(-it)
    on the bugle
& pourvu que
          ta voix
       de scotch
reste
TOUM PAPAM PAM
        adhésive &
se tienne
       serrée
TOUM PAPAM PAM
à ma gorge
comme une 
    corde
    (vocale)
    à son arc.
nous pourrons ainsi
TOUM PAPAM PAM
danser
   d a n s e r
DANSER
jusqu'à ce que la cible
que nous aurons tracée
   devienne
TOUM PAPAM PAM
si   m        a  n
         o    v      t
            u           e
que les flèches devront
       BANDER
       pour l'atteindre.